ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
Capteur de mesure compact et polyvalent
La sonde Ophir L40(500)ALP2-DIF-35 est adaptée à la mesure de la puissance et de l’énergie des lasers utilisés dans des applications comme la production de batteries, les systèmes de fabrication additive utilisant de la poudre dans la chambre de travail ou la maintenance sur site réalisée par les techniciens qui doivent voyager léger. Source : MKS Instruments
La sonde Ophir L40(500)ALP2-DIF-35 est adaptée à la mesure de la puissance et de l’énergie des lasers utilisés dans des applications comme la production de batteries, les systèmes de fabrication additive utilisant de la poudre dans la chambre de travail ou la maintenance sur site réalisée par les techniciens qui doivent voyager léger.
Source : MKS Instruments

Solution originale, la sonde Ophir L40(500)ALP2-DIF-35 développée par MKS Instruments pour la mesure de puissance/énergie des lasers est compacte et a un seuil d’endommagement très élevé. Elle peut mesurer des puissances jusqu’à 4 kW. "Cette solution a été étudiée pour les cas d’application, qui pour des raisons d’encombrement, nécessitent l’utilisation d’un petit détecteur et dans lesquelles l’eau de refroidissement est interdite", précise Reuven Silverman, directeur général de la marque Ophir. "Comme les environnements Lithium des productions de batteries, les systèmes de fabrication additive utilisant de la poudre dans la chambre de travail ou la maintenance sur site réalisée par les techniciens qui doivent voyager léger". Cette sonde peut mesurer des lasers CW jusqu’à 500 W, ainsi que des lasers pulsés jusqu’à 2 kJ. Son design compact lui permet de se placer facilement entre les composants optiques pour le diagnostic d’un trajet optique. Le détecteur peut prendre en charge des faisceaux larges, non focalisés de 35 mm de diamètre, et des faisceaux ayant une forte densité pouvant descendre à 1 kW sur 1 mm. Elle dispose, comme toutes les sondes Ophir, d’une interface "Smart Connector", la rendant compatible avec des dispositifs maison comme les afficheurs Centauri, StarBright, Vega, Nova II, et StarLite, les interfaces PC USB Juno et Juno+ et l’adaptateur Ethernet EA-1. Les utilisateurs peuvent choisir parmi toute une variété de formats d’affichage, incluant digital avec bargraphes, courbes, suivi des pulses successifs et statistiques en temps réel. Les afficheurs embarquent aussi une fonction de suivi avancé des données de puissance et d’énergie avec mémorisation, statistiques, histogrammes voire des fonctions mathématiques avancées. L’afficheur est automatiquement configuré et calibré lorsqu’il est branché sur l’une des têtes de mesure.
http://ow.ly/8IS750zmZJ5

MARCO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF