ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

Habituée à des séries de plusieurs milliers de pièces, la société MPM a dû mettre en place une production en petite série. Pour s’adapter à cette mutation, ce spécialiste du décolletage a investi dans une nouvelle solution d’usinage, le tour Citizen-Miyano BNJ 42/51, adaptée aux petites séries, grâce à la rapidité de montage.

L’atelier de MPM compte une dizaine de tours à poupée mobile Citizen-Cincom 
et trois tours à poupée fixe Citizen-Miyano. Source : MPM
L’atelier de MPM compte une dizaine de tours à poupée mobile Citizen-Cincom
et trois tours à poupée fixe Citizen-Miyano.
Source : MPM

Située à Saint Pierre en Faucigny, dans la vallée de l’Arve, MPM emploie 75 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 12 millions d’euros. Ses donneurs d’ordres sont issus des secteurs des loisirs, de l’énergie, de l’aéronautique et majoritairement de l’automobile. L’atelier de l’entreprise, filiale du groupe ACI, compte une dizaine de tours à poupée mobile Citizen-Cincom et trois tours à poupée fixe Citizen-Miyano. Habituée à fabriquer des séries de plusieurs milliers de pièces, MPM a dû répondre à des commandes plus réduites : de 200 à 800 pièces, de plus en plus précises. "En 2018 nous avons donc investi dans une nouvelle machine adaptée à cette mutation du marché", explique Simon Hetier, responsable du Pôle Production du site de Saint Pierre en Faucigny. "Un investissement que nous devons accompagner par une amélioration sensible de notre compétitivité capable d’ouvrir l’accès à de nouveaux marchés." Ainsi, MPM étudie plusieurs solutions capables de répondre à ce défi, dont la proposition d’Hestika France ; le tour Citizen-Miyano BNJ 42/51. "La solution apparaît intéressante, tout comme le positionnement de cette machine", remarque le spécialiste. "Hybride, car équipé d’une tourelle principale et d’une tourelle de reprise, ce tour est moins onéreux qu’un tour bi-tourelle tout en disposant de capacités équivalentes et d’un encombrement inférieur. Mais l’architecture de la machine surprend." L’équipe hésite donc entre cette machine et un modèle d’un autre constructeur. Dans le cadre du processus de sélection, la visite d’une entreprise de décolletage, équipée des deux machines, valide le choix de MPM d’investir dans le tour Citizen-Miyano BNJ 42/51.

Pièces réalisées avec le tour BJN. Source : MPM
Pièces réalisées avec le tour BJN.
Source : MPM

un gain de temps d’usinage de 20 %

"L’entreprise visitée avait du recul et a parfaitement identifié les avantages de cette machine", précise Simon Hetier. "Notamment la facilité de montage et la tenue de cote, atouts de premier ordre, surtout quand le marché glisse vers la petite série." Comme tous les tours Miyano, le BNJ est doté d’un bâti en fonte monobloc, de glissières prismatiques grattées sur tous les axes, synonymes de rigidité et de précision. Au démarrage, grâce au système de compensation thermique, la machine est rapidement opérationnelle. "Nous étions déjà convaincus par la robustesse et la fiabilité des machines Citizen. En 15 ans, nous n’avons jamais eu de grosses pannes", affirme le responsable. Une fois la décision prise, MPM souhaite exploiter les capacités du tour le plus vite possible. Alors, Hestika France forme rapidement les utilisateurs sur le tour BNJ, ceux-ci connaissant déjà l’environnement de la commande numérique Fanuc. Deux personnes travaillent maintenant sur plusieurs machines, dont le tour BNJ et une machine de réglage. "Avec une équipe particulièrement légère, il était important que la mise en œuvre soit rapide pour faire le maximum de montages", confirme Simon Hetier. "Sur le tour Citizen-Miyano BNJ 42/51, l’interface a été améliorée rendant l’expérience utilisateur plus efficace. En comparaison avec nos machines qui ont environ dix ans et pour les mêmes pièces (précision inférieure à 20 mµ), nous constatons des gains de temps de 20 % en montage et de 20 à 30 % en usinage grâce aux tourelles et à la diminution des mouvements non productifs. De plus, le tour fait preuve d’une grande fiabilité et nécessite moins de contrôle." En cas de difficultés, les spécialistes d’Hestika France apportent rapidement des réponses pour savoir, par exemple, comment programmer une pièce. Ou encore pour retrouver le niveau de précision en cas de collision.
"Nous souhaitons rester sur la même dynamique pour faire monter en compétence nos équipes et envisageons d’investir prochainement dans un second tour BNJ", conclut Simon Hetier.
www.hestika-citizen.fr

FEMTO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°159
Septembre 2022