ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
Découpe fine et polyvalente
Sopil gère plus de 1 600 références/ pièces qui sont fabriquées en séries de 10 000 à plusieurs millions d’exemplaires et dans une gamme de 800 matières premières différentes. Source : Sopil
Sopil gère plus de 1 600 références/ pièces qui sont fabriquées en séries de 10 000 à plusieurs millions d’exemplaires et dans une gamme de 800 matières premières différentes.
Source : Sopil

Créée en 1961 par René Lebaut à Pirey (25) pour fabriquer des outillages, la société Sopil a rapidement étendu son activité au découpage de petites pièces en cuivre, laiton, bronze, béryllium et des alliages divers (inox, titane, etc.) utilisés dans la connectique. "Notre production est destinée à des secteurs industriels comme l’automobile, l’industrie électrique, la téléphonie, le ferroviaire, l’aéronautique, le médical, l’électro-ménager…", précise Jérôme Deutschlé, responsable des ventes de cette PME familiale qui emploie 115 salariés. Une production réalisée dans une usine dont la superficie est de 9 200 m2 couverts. "Nous gérons plus de 1 600 références/pièces qui sont fabriquées en séries de 10 000 à plusieurs millions d’exemplaires et dans une gamme de 800 matières premières différentes", souligne l’expert. Une activité qui répond à trois mots clés - qualité, prix, délai – réalisée grâce à un bureau d’étude intégré équipé de stations Tell et Pro- Eng qui assure la définition des pièces et un atelier dédié qui fabrique les outils neufs, les modifications et la maintenance des outillages grâce à une trentaine de machines traditionnelles et CNC capables d’usiner tous types de matériaux (carbure ou autres). La production est contrôlée par de nombreux équipements (projecteurs, microscopes...) ainsi que des caméras 2D.

www.sopil.fr

SUR LE MÊME SUJET
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
MARCO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF