ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
Des machines-outils productives et robotisables
Le centre de tournage Citizen-Miyano BNE65-MYY est adapté à l’usinage des pièces complexes à forte valeur ajoutée que fabriquent les entreprises de sous-traitance spécialisées dans les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique. Source : Hestika France
Le centre de tournage Citizen-Miyano BNE65-MYY est adapté à l’usinage des pièces complexes à forte valeur ajoutée que fabriquent les entreprises de sous-traitance spécialisées dans les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique.
Source : Hestika France

C’est dans le cadre de Journées Techniques organisées dans ses locaux à Ayze fin novembre 2020 que Hestika France, filiale française du groupe Citizen, a présenté les dernières nouveautés et innovations du constructeur de machines-outils japonais. Ainsi, le centre de tournage Citizen-Miyano BNE65-MYY assure des gains de temps grâce aux 2 axes Y. Cette machine, disponible depuis janvier 2021, est une évolution du tour BNE51MSY. Elle est également équipée de 2 axes sur la contre-broche ainsi que de la nouvelle CN Mitsubishi à écran tactile et pavé numérique. Ce centre est particulièrement adapté à l’usinage des pièces complexes à forte valeur ajoutée que fabriquent les entreprises de sous-traitance spécialisées dans les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique. Durant les Journées Techniques, Hestika France présentait aussi la solution de robotisation Citizen sur le tour BNA42, un robot portique avec système de chargement adaptable sur toute la gamme Citizen-Miyano BNA.
Il est désormais possible de travailler en lopins et d’intégrer un embarreur pour le travail en barres. Quant à la version exposée du tour bi-broche BNA42, celle-ci dispose d’une tourelle axe Y 12 postes au lieu de 8 postes dans la version antérieure.
www.hestika-citizen.fr

PLASTIFORM
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF