INDUSTRIE DU FUTUR
INDUSTRIE DU FUTUR
Des robots pour conditions extrêmes
Ces robots ont une conception encapsulée adaptée aux applications difficiles et leur technologie d’entraînement autorise des temps de cycle ultra-courts. Source : Stäubli
Ces robots ont une conception encapsulée adaptée aux applications difficiles et leur technologie d’entraînement autorise des temps de cycle ultra-courts.
Source : Stäubli

Conçus pour résister à la corrosion même dans des conditions extrêmes, les robots TS2 Scara HE de Stäubli sont adaptés aux diverses applications telles que le chargement / déchargement de machines-outils et les opérations dans l’agroalimentaire. Leur technologie d’entraînement autorise des temps de cycle ultra-courts. Dotés d’une conception hygiénique alignée sur les recommandations EHEDG (European Hygienic Engineering and Design Group), ces robots offrent une accessibilité et une décontamination aisées. Aucune pénétration de micro-organisme n’est possible grâce à leur structure fermée et pressurisée (IP65). Les circuits électriques et pneumatiques sont intégrés et les connexions sont protégées sous la base. Il est possible de les utiliser pour un pH de 4,5 à 8,5. Ces robots peuvent manipuler des charges maximales jusqu’à 8,4 kg et ont une enveloppe de travail qui va de 460 mm à 1 000 mm. Leur plage de travail axe 1 est de ± 180° et l’utilisateur a plusieurs possibilités de montage (sol, mur et plafond). Ils ont une dextérité élevée dans les petits espaces de travail grâce à l’intégration compacte des moteurs.
www.staubli.com

SUR LE MÊME SUJET
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
MARCO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF