REALMECA
REALMECA
Des solutions adaptées à la connectique
Près de 200 machines Citizen-Cincom (tours L12, R04, M16) sont installées en France pour des applications de connectique. Source : Hestika
Près de 200 machines Citizen-Cincom (tours L12, R04, M16) sont installées en France pour des applications de connectique.
Source : Hestika

La connectique est partout : réseau ou embarquée, aéronautique et spatial, ferroviaire, automobile thermique et électrique, biens d’équipement, téléphonie et internet (5G, serveurs). La gamme de tours à poupée mobile Citizen-Cincom est largement présente dans ce secteur, pour assurer l’usinage des boitiers et composants. Commercialisée par la filiale Hestika France - Citizen Group, les solutions du constructeur japonais couvrent l’ensemble des besoins en connectique, des pièces simples aux très complexes. Près de 200 machines Citizen-Cincom (tours L12, R04, M16) sont installées en France pour des applications de connectique. Des machines de grande précision dotées de la technologie brevetée LFV (Low Frequency Vibration) d’usinage par oscillation pour fragmenter les copeaux. Elles sont équipées de sondes de compensation thermique, quel que soit l’environnement de la machine. Les axes disposent de vis à billes de haute précision conçues et fabriquées par Citizen, tout comme les broches et contre-broches. Grâce à leur stabilité et rigidité, les machines Citizen-Cincom offrent un état de surface de haute qualité. Afin de réduire les temps improductifs, les logiciels Mitsubishi et Fanuc ont été optimisés par le constructeur. Tous les mouvements d’axes sont anticipés et les changements d’outils sont extrêmement rapides. Flexibles, ces machines facilitent la mise en œuvre d’une nouvelle série, grâce à la facilité de programmation et à la simplicité des réglages. Le système de programmation ISO va également dans le sens de la simplification au niveau de la structure du programme. Avec le réglage semi-automatique des outils, ces derniers peuvent être appelés automatiquement. Cette automatisation diminue le temps de réglage par deux, au minimum, pour chaque outil. A l’instar des tours à came, l’opérateur peut faire défiler le programme, grâce à une manivelle, tout en contrôlant l’usinage et revenir à cette pièce autant de fois qu’il le souhaite. Ce qui permet de valider la première pièce plus rapidement.
www.hestika-citizen.fr

SUR LE MÊME SUJET
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
MARCO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF