REALMECA
REALMECA
La mécanique, une industrie au cœur de la transition écologique

La FIM (Fédération des Industries Mécaniques) publie un manifeste qui prouve l’engagement des entreprises mécaniques dans le développement durable. "Pour les industriels de l’industrie mécanique, très ancrés dans les territoires, l’un des principaux défis à venir concerne la baisse des émissions de gaz à effet de serre", affirme ce document. "Ainsi, en complément des bilans Carbone de leurs sites de production, les industriels développent la mesure de l’empreinte carbone de leurs produits. Cette démarche essentielle favorise le recours à des fournisseurs locaux et privilégie des productions nationales et européennes respectueuses des normes environnementales les plus exigeantes. Ce dont les industries mécaniques, qui défendent depuis longtemps la mise en place d’une politique d’achats responsables, se réjouissent. Les dirigeants d’entreprises sont aussi conscients du coût social et environnemental de leurs achats. Les produits ou équipements achetés à l’étranger, notamment en dehors de l’Union Européenne, qui apparaissent comme moins chers que leurs équivalents français, conduisent finalement à des dépenses d’installation, d’intégration, d’exploitation, de transport, sans compter les visites sur site pour qualifier et recevoir les équipements. En fixant des objectifs intégrant les coûts complets, les acheteurs mettent en évidence le fait que le triptyque classique "coût-délai-qualité" doit s’enrichir des préoccupations environnementales et sociales, dans une logique "coût-délai-qualité-société". L’action collective est plus que jamais essentielle, dans un élan solidaire, pour que l’industrie française apporte à tous les Français des solutions concrètes pour protéger l’environnement." À ce document s’ajoute la diffusion sur LinkedIn et Twitter d’une série de vidéos "stories" filmées par les industriels eux-mêmes sur les bonnes pratiques environnementales qu’ils mettent en place.
https://bit.ly/36A1IRk

MARCO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF