REALMECA
REALMECA
La robotisation, pierre angulaire de l’industrialisation

Objectif recherché sans grand succès depuis plusieurs années, la réindustrialisation de la France semble cette fois-ci être sur la bonne voie. La crise du Covid 19 a en effet, mis en exergue la forte dépendance du pays dans plusieurs domaines stratégiques. L’actuel gouvernement a pris les devants en profitant du plan de relance présenté en septembre dernier pour apporter des réponses efficaces aux besoins des industriels.

Président du think tank « La fabrique de l’industrie », Louis Gallois a touché du doigt le principal problème de notre industrie : l’indispensable modernisation de l’outil de production. Bien sûr, certaines entreprises, surtout les grandes, se sont déjà lancées dans la numérisation et l’automatisation de leurs processus de fabrication. Mais ce n’est qu’un début car les PME ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour rivaliser avec leurs homologues allemandes, italiennes ou espagnoles dans le domaine de l’automatisation, par exemple.

La faible robotisation de l’industrie française, qui est pourtant une condition sine qua non pour gagner la compétition si rude sur l’échiquier européen voire mondial, ne date pas d’hier. Ce sujet est malheureusement absent du débat actuel car il est souvent synonyme, pour le grand public, de destruction d’emplois. Or, ce jugement est erroné. Car d’une part, la mise en place des automatismes ne peut pas se faire sans de nouvelles embauches, et même si le niveau de spécialisation est différent, des formations adaptées peuvent être mises en place. D’autre part, parce que les automatismes dopent la productivité, la qualité et la réactivité des entreprises.
En fait, les robots sont indispensables pour mettre en œuvre la fabrication 4.0. Ainsi, un logiciel d’intelligence artificielle, associé à la vision et à d’autres systèmes de détection, permet aux robots de maîtriser des tâches difficiles. Les nouvelles générations de robots sont plus faciles à installer et à programmer et elles sont connectables. L’avenir appartient à l’interaction en réseau de robots et de véhicules guidés autonomes - ou plutôt de robots mobiles autonomes (AMR). Les investissements dans la technologie robotique seront également motivés par l’exigence d’une empreinte carbone plus faible. Les robots modernes sont économes en énergie, réduisant ainsi directement la consommation d’énergie de la production. Grâce à une plus grande précision, ils produisent également moins de rejets et de produits de qualité inférieure, ce qui a un impact positif sur le rapport entre les ressources et la production. En outre, les robots contribuent à la production rentable d’équipements d’énergie renouvelable, tels que le photovoltaïque ou les piles à combustible à hydrogène.

Certaines PME microtechniques ont bien compris l’intérêt de l’investissement robotique. Située à Besançon (25), la société Roland Bailly a mis en œuvre une presse à technologie hybride (hydraulique et électrique) qui fabrique une pièce intégrée dans une nouvelle génération de compteur à eau. «  Sur cette machine, nous avons conçu les dispositifs d’automatisation, comme le robot, dont la main peut manipuler huit pièces d’un seul coup », précise Thierry Bailly, président de cette PME familiale. « Et nous avons intégré également les technologies robot-vision et celles de dévracage universel. »

La dernière étude de l’International Federation of Robotics (IFR) publiée en janvier dernier a comparé le niveau de robotisation de différents pays en 2019 (voir le graphique ).
Avec 177 robots pour 10 000 employés, la France accuse ainsi un retard par rapport au Japon (364) ou l’Allemagne (346) ; mais également les Etats-Unis (228) ou l’Italie (212). Cependant, l’industrie française fait des progrès importants et a installé 6 700 robots en 2019. Soit une hausse de 15 % en un an. La réorientation des politiques publiques vers l’industrie porte ainsi ses fruits.
La décision du gouvernement d’accorder des déductions fiscales importantes aux PME qui investissent dans les équipements de production avancés ou dans la transformation numérique fait ses preuves. Et l’effort continue car le plan de relance de 100 milliards d’euros adopté en septembre dernier prévoit une somme importante pour la modernisation de l’outil de production des entreprises. Et sans oublier surtout, d’assurer la formation des compétences nécessaires pour exploiter le potentiel de ces moyens évolués en réformant l’enseignement professionnel français. Une transformation d’envergure pour les années à venir...

Photo : exemple de production robotisée intelligente (source : Kuka)

PLASTIFORM
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°155
Mai 2021
En couverture :
Encore balbutiante aujourd’hui, la fabrication connectée assurera demain des progrès considérables. Des machines capables de réaliser leur propre maintenance, des usines entièrement contrôlables à distance, une production personnalisée et à grande échelle... Ces quelques exemples sont édifiants. Tout cela, et bien plus encore, sont les objectifs de l’usine connectée. Source : CoreTechnologie
En couverture :
Encore balbutiante aujourd’hui, la fabrication connectée assurera demain des progrès considérables. Des machines capables de réaliser leur propre maintenance, des usines entièrement contrôlables à distance, une production personnalisée et à grande échelle... Ces quelques exemples sont édifiants. Tout cela, et bien plus encore, sont les objectifs de l’usine connectée.
Source : CoreTechnologie

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Un plateau industriel pour la formation 4.0

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
La simulation élimine les erreurs d’usinage

FOCUS ENTREPRISE
Mactech, le champion des solutions globales et personnalisées

DOSSIER
La fabrication connectée, clé de voûte d’Industrie 4.0

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Marc Baret, directeur EMEA de Rockwell Automation

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF