ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
La simulation multiphysique des micro et nanotechnologies
La simulation multiphysique offre une expérience et une interface utilisateurs identiques quels que soient les phénomènes physiques et l’application étudiée. Ici la simulation d’une déformation d’un micro-miroir avec le logiciel Comsol Multiphysics. Source : Comsol
La simulation multiphysique offre une expérience et une interface utilisateurs identiques quels que soient les phénomènes physiques et l’application étudiée. Ici la simulation d’une déformation d’un micro-miroir avec le logiciel Comsol Multiphysics.
Source : Comsol

Comsol a organisé le 14 octobre 2021 une journée européenne dédiée à la modélisation et à la simulation dans le domaine des micro et nanotechnologies. Les participants ont pu découvrir les bénéfices de la simulation multiphysique dans ce secteur en plein essor, qui avoisinera les 500 milliards d’euros en 2025 ! Cette journée a été consacrée à l’innovation, au développement, à la conception et à l’optimisation des procédés et des produits par la simulation. Trois membres majeurs de l’Alliance industrielle des technologies de microprocesseurs et semi-conducteurs (lancé le 19 juillet dernier par la Commission Européenne) ont partagé leur expérience et ont donné leur point de vue sur l’importance de la simulation pour leurs applications : ST Microelectronics, SOITEC et le CEA Leti. Rappelons que cette alliance vise à réunir Etats membres, entreprises, universités, centres de recherche et de technologie ainsi que des utilisateurs dans un vaste plan de reconquête de cette industrie clé pour la souveraineté européenne. L’objectif est de doubler la part de l’Europe dans la production mondiale de puces, à 20 % à l’horizon 2030.
À revoir sur : www.comsol.fr/comsol-days

MARCO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF