ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
Pour contrôler les surfaces dans les salles blanches
Qualifiée pour les salles blanches, la station de mesure Altisurf 560 développée par Altimet permet d’étudier les rapports entre les états de surfaces et leurs performances/qualités attendues (fonctionnalité, aspect, vieillissement, usure, porosité, adhérence…). Source : Altimet
Qualifiée pour les salles blanches, la station de mesure Altisurf 560 développée par Altimet permet d’étudier les rapports entre les états de surfaces et leurs performances/qualités attendues (fonctionnalité, aspect, vieillissement, usure, porosité, adhérence…).
Source : Altimet

Initialement développée par Altimet pour répondre à un besoin client spécifique, la station de mesure Altisurf 560 offre un volume de mesure de 600 × 600 mm. Qualifiée pour les salles blanches, elle permet d’étudier les rapports entre les états de surfaces et leurs performances/qualités attendues (fonctionnalité, aspect, vieillissement, usure, porosité, adhérence…). Le dispositif est capable de mesurer un très grand nombre de références et d’effectuer plusieurs mesures de rugosité sur une même pièce. Les courses en X, Y, Z sont 600 × 600 × 100 mm et la station dispose d’axes motorisés.
La résolution du codeur est de 0,5 µm (0,1 µm en option) et la rectitude du profil peut aller jusqu’à 0,6 μm sur 200 mm. La charge admissible est de 15 kg et la vitesse de mesure maximale de 200 mm/s. La station dispose d’une large gamme de capteurs : de contact (palpeur inductif pointe diamant, micro force), sans contact (confocal, triangulation laser, interférométrique), caméra haute résolution (en option). Elle peut fonctionner en mode automatisé pour la production, a des liens avec des automates ou SPC client, dispose d’un contrôle en atelier (feu rouge/feu vert) et d’une définition du protocole par auto-apprentissage.
www.altimet.fr

FEMTO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF