ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
Pour éviter les écueils du soudage laser
Les stagiaires découvrent tous les secrets du soudage laser grâce au laboratoire métallographique qui permet l’analyse des soudures réalisées durant le stage et aux multiples moyens techniques d’Irepa Laser. Ici un exemple de soudage laser de verre. Source : Irepa Laser
Les stagiaires découvrent tous les secrets du soudage laser grâce au laboratoire métallographique qui permet l’analyse des soudures réalisées durant le stage et aux multiples moyens techniques d’Irepa Laser. Ici un exemple de soudage laser de verre.
Source : Irepa Laser

Technologie à très fort potentiel pour les entreprises, le soudage laser peut s’avérer d’une grande complexité dans sa mise en œuvre. Riche de plus de 35 années d’expérience, Irepa Laser propose des formations qui permettent aux industriels d’éviter ces inconvénients avant d’aborder leurs projets. "Nos stages comportent une base théorique compréhensible ainsi que de nombreux travaux pratiques qui représentent plus de 60 % du temps de formation", précise Frank Rigolet, responsable formation et sécurité laser chez Irepa Laser. Les stagiaires découvrent toutes les possibilités de la technologie laser grâce au laboratoire métallographique qui permet l’analyse des soudures réalisées durant le stage et aux multiples moyens techniques de ce centre de recherche et de développement industriel (laser impulsionnel pour soudage fin, laser fibre monomode 750 W, laser fibre 6000 W, laser disk 10 000 W fibre double cœur, tête de soudage assistée par scanner). Le centre de formation propose également des formations en fabrication additive, soudage laser, traitement de surface, ainsi que tous les niveaux de formation en sécurité laser préconisés par la Commission Nationale de Sécurité Optique. Parmi les nouveautés de cette année figurent un parcours expert soudage laser (inox, aluminiums, matériaux cuivreux), un programme actualisé pour le stage soudage laser métallique et une formation découpe laser en partenariat avec le Pôle Formation UIMM Lorraine. Un Bachelor "procédés de fabrication additive et innovante" d’une durée de un an permet aux titulaires d’intégrer des entreprises qui mettent en œuvre cette technologie dans des secteurs comme l’automobile, l’aéronautique, les équipements industriels...
www.irepa-laser.com

FEMTO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF