ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
Procédé rapide et polyvalent
Ce procédé utilise conjointement le laser et le soudage à l’arc métallique (GMAW) pour surmonter les limites imposées par le soudage laser seul. Source : Esab
Ce procédé utilise conjointement le laser et le soudage à l’arc métallique (GMAW) pour surmonter les limites imposées par le soudage laser seul.
Source : Esab

La technologie de soudage laser hybride Hybri d’Esab allie la pénétration élevée et la faible charge thermique du laser aux excellentes caractéristiques de soudure et à la tolérance d’écartement supérieure du soudage à l’arc métallique (GMAW). Ce qui assure des soudures extrêmement fines et profondes à des vitesses de déplacement très élevées. Le procédé Hybri réussit souvent en une seule passe ce que les procédés de soudage par fusion traditionnels obtiennent à l’aide de nombreuses passes. La pièce est soumise à une charge thermique inférieure, ce qui réduit les risques de retraite et de distorsion qui empêchent de prévoir la géométrie finale de la soudure et entraînent des frais élevés de réparation. Le procédé utilise conjointement le laser et le soudage à l’arc métallique (GMAW) pour surmonter les limites imposées par le soudage laser seul et produire des joints de soudure qui s’intègrent parfaitement entre les pièces. L’enveloppe qu’assure cette solution est trois fois plus solide et plus vaste qu’avec le laser seul. Le procédé GMAW permet également aux utilisateurs d’ajouter un métal d’apport pour ajuster les caractéristiques métallurgiques des soudures et créer des cordons tandis que le taux de refroidissement inférieur réduit la dureté. Ces caractéristiques se révèlent particulièrement avantageuses en cas de joints alliant du carbone et de l’acier inoxydable. Le système de contrôle adaptatif à circuit fermé du fabricant détecte les conditions d’installation du joint et modifient les paramètres du procédé en temps réel pour garantir la constance du profil de la soudure. Le champ d’action du procédé est ainsi cinq fois plus large qu’avec un contrôle non adaptatif.
www.esab.fr

PLASTIFORM
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF