REALMECA
REALMECA
Un scanner 3D polyvalent et efficace
Le corps de ce scanner est scellé afin de protéger les composants optiques contre les impuretés, ce qui réduit le risque d’endommagements dans les applications de production. Source : Aerotech
Le corps de ce scanner est scellé afin de protéger les composants optiques contre les impuretés, ce qui réduit le risque d’endommagements dans les applications de production.
Source : Aerotech

Le système AGV3D d’Aerotech est destiné au micro-usinage laser. Ce scanner laser 3D est adapté à la fabrication de haute précision de composants complexes dans le médical, la microélectronique, l’automobile et la fabrication additive. Des fonctions faciles à utiliser simplifient l’intégration du scanner dans une machine, un système ou un sous-système. Rapide, flexible et précis, l’AGV3D positionne l’optique de focalisation grâce à un système linéaire d’entrainement direct, avec un codeur de position de très haute résolution. Les erreurs de positionnement sont considérablement réduites par la rigidité et la précision élevées du module linéaire appelé DFM (Dynamic Focusing Module ou module de focalisation dynamique). Grâce à des refroidissements à eau et à air, ce scanner garantit la stabilité thermique en réduisant les erreurs dues à une dérive thermique. Cela permet des performances stables sur tout le processus d’usinage, avec une précision constante et répétable. L’AGV3D dispose de deux paramétrages simples qui recouvrent des champs de vision allant de 100 x 100 mm à 1 000 x 1 000 mm. En fonction des exigences de processus respectives, ce scanner 3D est disponible avec ouvertures adaptées aux différents diamètres de rayons. Sur demande, Aerotech livre également l’AGV3D complètement configuré et il peut être utilisé avec des lentilles télécentriques.
www.aerotech.com

MARCO
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°157
Janvier 2022
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran. Source : Adrien Daste/Safran
En couverture :
La France dispose d’atouts importants dans le domaine de la fabrication additive, mais pour transformer ce potentiel en succès, il faut mutualiser les efforts de recherche. Le Cetim a donc décidé de réunir sous sa houlette les représentants des différentes actions nationales. Ici un exemple de fabrication additive d’une pièce aéronautique chez Safran.
Source : Adrien Daste/Safran

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Des marchés, des idées, des produits
Les exploits de la photonique verte

PRODUCTION
Un procédé sous la loupe
Comment maîtriser l’usinage des petites séries

FOCUS ENTREPRISE
Trumpf, le champion des solutions globales

DOSSIER
Fabrication additive : la R&D française se structure

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Sandra Liardon, directrice de Micronora

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF